mercredi 11 janvier 2017

Interlude


Les Bienveillants 2 - La construction

Des personnages aux traits doux, plus grands que nature, aux formes simples dérivées de mes Bauhausbabies (voir ici). 
Une présence forte, silencieuse et rassurante. 

C'est ce que je cherche à créer avec les Bienveillants.

J'aimerais en remplir une salle, juste pour voir comment on s'y sent. 
Comme en famille, je le suppose...

En atelier (photos de la pièce terminée à venir)

Celui-ci est le second de sa lignée. 

J'ai décidé de le fabriquer en bois (le premier était tout en carton). 

J'ai aussi pris la décision de minimiser tout autre matériaux que le bois, la pulpe de papier et la colle. Donc, pas de vis, pas de clou, pas d'agraphe, que beaucoup de patience, pas mal de masking tape et quelques punaises.

Et c'est très solide.




La structure

C'est une structure classique de construction, sauf que toutes les vis ont été retirées après collage.

Afin de créer une tension et ainsi une force et un mouvement, la pièce est suspendue au plafond et une baguette de 6' lui sert d'unique pied.



Le bois de recouvrement

Librement inspirée des techniques de sculpture à l'espagnole, je voulais des fines lamelles de bois, impossibles à trouver ici
J'ai donc dû fabriquer moi-même un matériau s'en rapprochant


Des heures de plaisir

 






 Je me suis procurée du placage d'acajou en format 4' x 8' que j'ai découpé en lanières de 1,5 cm.




 
Je les ai utilisés d'une façon beaucoup plus libre que les espagnols, cherchant pour cette pièce un traitement apparenté à ma pièce précédente, celle de carton.



 
Voir article précédent sur les visages des Bienveillants


Et le résultat? 
(c'est à suivre)

Les Bienveillants 1 - Visages


photo Georges Dutil



Les visages sont d'abord modelés en terre glaise (merci Daniel pour m'avoir prêté tes rides de bonté), puis moulés.
Un moulage simple, tout en plâtre.







La pulpe utilisée pour le tirage de la pièce est du papier déchiqueté et trempé durant 48h, puis mixé, essoré et mélangé à de la colle à tapisserie. 

Une fois séché, c'est un matériau extrêmement solide.
Moi, j'en aime particulièrement le rendu granuleux et vivant.




Ceci dit, il y a plusieurs façons d'utiliser la pulpe et je n'ai pas fini d'expérimenter.
C'est donc encore une fois un dossier à suivre.

























Article suivant: la construction des Bienveillants

lundi 9 janvier 2017

Série Kissers - Apologie du baiser


 




J'embrasse 
Tu embrasses
Il embrasse

Nous nous embrassons

Vous vous embrassez

Ils s'embrassent.



La série Kissers m'est venue spontanément et de façon urgente. 
En une - très intense - semaine de dessin, gravure sur linoléum et impressions manuelles, elle était née. 

Elle résume tout.
Elle est simple et directe.
Simple mais pas simpliste.

Regarde les bien. Rêve de tes amours.








 Le French à Quatre

Parce que ça porte chance
Et que tu continues de rêver.











Le baiser d'amour filial, celui qui transmet temps et sagesse.

Celui-ci me fut inspiré de mon fils. Et c'est lui qui m'a baisé le front, non l'inverse. 

Merci fils, tu m'auras tant transmis.





Le Bien-Aimé.

Le centre de gravité de l'amour
Le positif de tous les négatifs
La cible de toutes les attentions
 Le récepteur.

Be Loved.


Les dessins
Cliquez pour agrandir









vendredi 10 juin 2016

Bauhausbabies - Keramic II : la couleur



J'en aurai mis du temps mais je suis finalement allée appliquer la couleur à ma - première de trois - céramique après sa cuisson initiale, Bauhausbabies no 4.

Lire le premier article 

Il ne faut pas se fier aux apparences en ce qui concerne les couleurs que l'on voit ici.  La seconde cuisson est prévue pour le 16 juin prochain et promet une grande alchimie.

À suivre.



Bauhausbabies: des formes et des médiums

Bauhausbabies no 7, acrylique et fusain sur toile, 48'' x 48'', 2016

Bauhausbabies again, cette fois ils se présentent à moi sous mon pinceau et mes fusains, créature hybride entre la peinture acrylique, l'aquarelle et le dessin. 

Étrangement en 2016, ce thème et ces formes primaires tendent à revenir dans tous mes médiums. Il s'agit là d'une première, chaque médium - je parle ici de dessin, de peinture, de gifs, de sculpture petit et bientôt grand format, de gravure...- appelant généralement une facette différente de mon inspiration.

Cette fois, toutes mes idées fixes s'y retrouvent: le peuple que j'obsède à créer depuis toujours (ô fascination des humains) peut prendre vie dans sa multitude. Je cherche à cerner les ressemblances, mais les différences surtout entre chaque personnalité composant ce peuple. C'est pour moi une question profonde, identitaire, qui me taraude depuis l'enfance: qu'est-ce qui se cache derrière les traits des gens?
Les formes, si simples, sont aussi à la base de toute une réflexion sur les racines Bauhaus de l'imaginaire dont moi et ma génération avons hérité par la bande et ce, sans même le réaliser. 

Lire article Bauhausbabies le début: je suis l'arrière-petite-fille du mouvement Bauhaus 


Il m'est arrivé sans crier gare, ce tableau: j'avais grand besoin de liberté. J'aurais peut-être pu le prévoir mais il s'est imposé, comme s'impose la série qui le suivra.